RSS 2.0 twitter google facebook youtube
Vous êtes ici : Accueil » Actualité » Société » Signature de la convention de partenariat entre le gouvernement du Japon et (...)

Signature de la convention de partenariat entre le gouvernement du Japon et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) pour la mise en œuvre du projet de << Renforcement des capacités des adolescents à l’exercice des leurs droits en matière de santé sexuelle et reproductive >>

D 13 mars 2020     H 20:27     C 960 messages


Le Burkina Faso a une population très jeune : les 10-24 ans constituent plus du tiers (43,6%) de la population, soit 6 076 053 en 2015 selon l’Institut National de Statistiques et de Démographie (INSD). Cette frange de la population est en soi un défi pour le pays en terme de droits et d’accès aux services essentiels et de développement de leur potentiel économique et social. Répondre à ces besoins et droits nécessite des investissements importants pour accroître leur capacité à exercer leurs et à participer pleinement et qualitativement au développement social et économique du pays.

Pour le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes constitue un défi majeur. Il est plus qu’urgent donc de donner la possibilité aux jeunes de prendre des décisions éclairées susceptibles d’améliorer considérablement leur vie sexuelle et reproductive.
C’est pourquoi, avec l’engagement constant des partenaires, l’UNFPA travaille à renforcer les capacités des jeunes en compétences de vie courante pour les aider à révéler le plein potentiel de chacun et chacune d’entre eux conformément à son mandat.
La présente cérémonie de signature de convention entre le gouvernement du Japon et l’UNFPA vise à mieux répondre aux nombreux défis en matière de santé sexuelle et reproductive à travers le projet : << Renforcement des capacités des adolescents à l’exercice des leurs droits en matière de santé sexuelle et reproductive >>. Ce projet a été développé conjointement par la fondation KIMI , l’Association burkinabè pour le bien-être familiale (ABBEF) et la Japanese Organization for International Cooperation un Family Planning (JOICFP) avec l’appui technique de l’UNFPA. Il couvrira les régions du centre et du centre-ouest et particulièrement les districts sanitaire de Bogodogo, Sig-noghuin, Réo et Sabou et a pour ambition de toucher 293 067 adolescents et jeunes.
Ce projet vise à :

  • Accroître l’accès des adolescents et des jeunes aux informations et aux services de santé sexuelle et reproductive ;
  • Fournir des services de qualité adaptés aux jeunes dans les centres de santé et à travers les cliniques mobiles d’offres de prestations ;
  • Renforcer l’environnement permettant aux adolescents et aux jeunes d’exercer pleinement leurs droits.

Le montant total du projet est 1 826 984 USD, financé entièrement par le gouvernement du Japon, pour une période de trois ans (2020-2023).
Pour l’agence exécutrice du projet, l’UNFPA, il est prévu pour durer 3 ans (2020-2022) et a un coût global de 1 826 984 USD. A terme, il contribuera à réduire de 10% les grossesses chez les adolescentes et les mariages d’enfants, de 5% la prévalence des mutilations génitales féminines et accroitre de 5% le taux d’achèvement des filles au niveau de l’enseignement secondaire
Quant à la présidente de la fondation KIMI, Madame Sika KABORE : « je tiens surtout à rassurer le Gouvernement du Japon que la Fondation KIMI ne ménagera aucun effort dans la mise en œuvre des actions prévues dans le cadre de ce projet pour l’atteinte des objectifs fixés.
Le présent projet sera exécuté par associations partenaires à savoir la fondation KIMI, l’Association Burkinabè pour le Bien-Être Familial (ABBEF) et l’ONG Voix des femmes.

960 Messages