RSS 2.0 twitter google facebook youtube
Vous êtes ici : Accueil » Actualité » Société » Issa Mboup, spécialiste de l’Education à l’UNICEF Dakar : « Nous repartons très (...)

Issa Mboup, spécialiste de l’Education à l’UNICEF Dakar : « Nous repartons très satisfaits de ce que nous avons vu au Burkina Faso »

D 14 mars 2016     H 13:17     C 8 messages


Du 6 au 11 mars 2016, une délégation du ministère de l’Education nationale du Sénégal a effectué une mission de partages d’expériences au Burkina Faso. Cette délégation était accompagnée par Issa Mboup, spécialiste de l’Education à l’UNICEF Dakar. A l’issue de la visite, celui-ci avec qui nous avons échangé, le vendredi 11 mars 2016, a appréciée de façon positive, l’expérience de la stratégie de scolarisation accélérée/Passerelle (SSA/P) mise en œuvre dans le pays.

IJACOD : Que faut-il retenir de votre visite effectuée pour s’imprégner de l’expérience de la SSA/P ?

Issa Mboup : J’ai accompagné la mission de la délégation du ministère de l’Education nationale du Sénégal pour partager l’expérience des classes à passerelles avec la SSA/P. Nous étions partis d’un postulat qu’il y a des réalités que nous partageons parce que nos deux pays sont dans un espace commun. Et cela s’est confirmé. En effet, le Burkina Faso a 1 600 000 enfants hors école alors que le recensement au Sénégal de 2013 dénombre 1 500 000 enfants qui sont dans la même situation. Nous sommes dans la même fourchette et il était bon que nous soyons là pour voir quelles sont les stratégies développées par le Burkina Faso pour que ces enfants puissent accéder à leur droit élémentaire qui est celui à l’éducation. Notre première impression est que nous avons bien fait d’avoir été là pour voir ce que le Burkina Faso fait et qui porte des fruits. Nous partons très satisfait de ce que nous vu dans ce pays quoi qu’il y ait des difficultés et voir ces difficultés, c’est une façon d’apprendre à les éviter.

Quelles sont les grandes actions que l’UNICEF mène au Sénégal ?

L’UNICEF est une organisation très présente partout dans le monde pour le respect du droit des enfants. Dans le cas particulier du Sénégal et conformément aux orientations stratégiques de l’organisation, nous veillons à ce que chaque enfant quelle que soit sa condition ou son origine, puisse bénéficier du droit à l’éducation. Ce qui fait que nous intervenons dans la lutte contre les violences qui sont des entraves à la fréquentation de l’école. Nous travaillons dans l’amélioration du cadre scolaire pour rendre les écoles plus attrayantes dans un environnement où les enfants peuvent mieux apprendre. Indépendamment de cette question d’éducation, nous travaillons dans la protection des enfants, dans l’accès à l’état civil et dans la santé maternelle et infantile. Parce que qui dit protection de l’enfant dit protection de la mère.

Quelles appréciations faites-vous du centre polyvalent de Nacombgo qui a été la dernière étape de votre visite ?

Dans ce centre que nous avons visité, la dimension formation professionnelle et installation des compétences professionnelles est une réalité. Pour nous, il est extrêmement important dans un système qui veut lutter contre l’exclusion, d’avoir ce genre d’initiative pour lever le complexe du bureau. Dans nos pays, nous sommes façonnés de sorte que nous pensons que tout le monde doit être derrière un bureau entre 4 murs. Donc des initiatives pareilles qui mettent l’accent sur le travail manuel, sur l’insertion professionnelle, nos pays en ont besoin. Parce que le développement passe également par ces petits métiers qui permettent à chacun en définitive qui ne peut pas être dans les métiers académiques, d’être dans ces catégories socio-professionnelles qui sont très valorisantes quoi que l’on puisse dire.

Entretien réalisé par Saïdou Zoromé
(IJACOD)

ph lefaso.net

8 Messages

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Votre message

Nos Partenaires