RSS 2.0 twitter google facebook youtube
Vous êtes ici : Accueil » Actualité » Gouvernance du secteur eau et assainissement : Echanges entre responsables (...)

Gouvernance du secteur eau et assainissement : Echanges entre responsables d’organisations

D 31 octobre 2015     H 00:31     C 0 messages


Le Secrétariat permanent des ONG (SPONG), en collaboration avec la Coalition Eau et l’ONG Eau Vive, a organisé à Ouagadougou, un cadre d’échanges avec des journalistes autour des enjeux du secteur de l’eau dans notre pays. A l’occasion, les journalistes ont été invités à s’investir davantage dans la sensibilisation aussi bien des pouvoirs publics que des populations à la base, pour plus de progrès en matière d’eau potable et d’assainissement. C’était le mercredi 11 juin 2014 en présence de représentants du RICHE, de l’IJACOD (Initiative des journalistes africains – Coopération pour le développement), du RIJ (Réseau d’initiatives des journalistes) et de l’Association, Journalistes et Communicateurs pour les Energies et le Développement Durable (JED).

Cette rencontre qui aura offert l’occasion de partage d’informations et de sollicitude, intervient dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet intitulé « Eau et assainissement pour tous : Pour une société civile forte et entendue en Afrique de l’Ouest ». Un projet de deux ans piloté par le SPONG, soutenu financièrement par le Fonds des Nations-Unies pour la démocratie (FNUD), et visant à renforcer l’influence de la société civile au Benin, au Burkina Faso, au Cameroun, au Niger, au Sénégal et au Togo, quant à l’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour tous.

Pour permettre à ce projet d’être utilement conduit, le SPONG et ses partenaires ont estimé qu’il était « fondamental de créer et d’entretenir des alliances avec les média sur les enjeux du secteur » eau et assainissement. D’où le cadre d’échanges de ce mercredi 11 juin 2014, animé , entre autres du côté des ONG, par Yongo Nignan, président du conseil d’administration du SPONG ; Jean Bosco Bazié, directeur général d’Eau Vive ; Des échanges, il est ressorti que le problème de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement n’est pas lié seulement à la pénurie de la ressource en eau, mais aussi à un déficit de gouvernance. Et le diagnostic de cette gouvernance fait ressortir une insuffisante dans la mise en œuvre des politiques publiques, une insuffisance du cadre normatif, une trop grande fragmentation institutionnelle, des problèmes de financement, une faible participation de toutes les parties prenantes par manque – surtout – de capacités requises.

Le diagnostic posé, il est maintenant question d’apporter la thérapie. Dans ce sens, les journalistes ont exprimé leur disponibilité. Mais ils souhaitent – au-delà de la disponibilité de l’information que les OSC viendraient à détenir - être véritablement impliqués dans toutes les activités relatives à l’accès à l’eau potable et à l’assainissement. Mieux, il importe qu’ils soient appuyés financièrement dans la mise en œuvre des multiples activités qu’ils pourraient initier pour s’outiller, pour donner de la visibilité au secteur de l’eau, et pour sensibiliser tant les décideurs que les populations rurales dans une démarche participative.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Votre message

Nos Partenaires